EnsembleScolaire-PierreKula

Nouveau : contre le paludisme

Le paludisme ou malaria sévit dans les zones tropicales et sub-tropicales de la planète.
Plus de 100 pays sont concernés. On dénombre près de 300 millions de cas, par an, et
près d'un million de décès.  En Afrique, le Burkina-Faso est particulièrement concerné :
5 millions de cas et 12 000 décès, par an ; plus que pour le sida.
Le paludisme est dû à la piqûre d'un moustique femelle : l'anophèle. Ce moustique est
plus actif pendant la saison des pluies - d'août à novembre - et au coucher du soleil.
La protection contre le paludisme est liée à la propreté et hygiène, à la pulvérisation
d'insecticides, et à l'utilisation de moustiquaires.
Le traitement, en cas d'infection, se fait par l'absorption de chloroquine, nivaquine
ou autres produits, qui restent chers pour les populations africaines.
Une nouveauté de protection vient précisément du Burkina-Faso.
Deux étudiants de l'université de Ouagadougou, section  (2iE)  "Institut International
d'Ingénierie de l'Eau et de l'Environnement"  - Moctar Dembélé et Gérard Nyondiko -
ont mis au point un nouveau produit : le Faso soup ( savon du Faso ).
A base de karité, citronnelle et autres ingrédients locaux, en barre ou liquide, ce savon
est facile à utiliser . Il laisse,  sur la peau, une odeur qui repousse les moustiques ;
et l'eau utilisée, mêlée aux eaux usées, détruit les larves des insectes. Les inventeurs
doivent procéder à de nouvelles expérimentations. Le Faso soup pourrait être mis en
vente dès 2014. Son prix de revient est modique : 300 CFA, soit 0,46 €.



04/05/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour